Development firm VANKE is about to open a new showroom and experience-center in the heart of Xuhui district. It will be full of perfumes and green luxury! This will be the preview of their high-end shopping mall coming to Shanghai soon!

Mingzhu Nerval vertical living wall experts at Vanke showroom, Shanghai, 2021

Mingzhu Nerval vertical living wall experts at Vanke showroom, Shanghai, 2021

A new Xintiandi landmark is coming to Shanghai in 2022. It is a great urban regeneration development project by Shui On Land.

Following Shanghai Xintiandi, this will be another icon of Shanghai’s City Culture – Reviving the Panlong Town, a 1400-year-old settlement in the west of  Shanghai Hongqiao. A new new urban retreat blended with traditional culture and modern style, integrating modern businesses such as art centers, boutique hotels, and waterfront restaurants, set in 230.000 sqm of nature!

We’ve got a sneak peak into this fascinating project while designing interior greenery for the Panlong pavilion showroom, seated in the 10.000sqm demonstration zone of the project.

Mingzhu Nerval in collaboration with Shui On Land development Xintiandi Panlong

Mingzhu Nerval in collaboration with Shui On Land development Xintiandi Panlong

Mingzhu Nerval in collaboration with Shui On Land development Xintiandi Panlong

Mingzhu Nerval in collaboration with Shui On Land development Xintiandi Panlong

Our greenery is just freshly planted and still needs some time to adapt – Nevertheless the modern & calm atmosphere of the visitor center is apparent.

We’re passionate about bringing more nature into our urban environment. That’s why we’re overjoyed to start a collaboration with American asset management giant Brookfield. Their brand-new retail & office development in Shanghai, called One East Plaza, is aiming to become the new destination for retail and nightlife lovers. We’re joining forces to bring more lush and fresh greenery to the Plaza, creating a luxury urban oasis that is tranquil during the daytime, and becomes magical and vibrant during nighttime… We can’t wait to start our construction soon!

Mingzhu Nerval vertical living wall experts at Brookfield commercial plaza, Shanghai, 2021
Sneak peek: some concept renderings of our oasis at One East Plaza
botanical exposition in Nantes
Exploring tropical plants – Botanic Garden in Nantes

botanical exposition in Nantes

Yunnan is a province in southwestern China with a varied landscape encompassing snow-capped mountains, rice terraces, lakes and deep gorges. The region is known for its large number of ethnic minorities and is also extremely rich in biodiversity, making it one of the hotspots for conservation priorities in the world. Due to its diverse topography and climate, Yunnan has the highest plant diversity in the country. Luckily, some of our team members had the chance to explore this region that is so rich in species and vegetation types. We hope that more travel and bigger expeditions will be possible for us again soon!

We’re proud to announce that our landscape architect, Francesca Cosmai, has published her first short novel on the Italian literary magazine inutile. She’s spend the year 2020 in our companies’ home base in Brittany and transferred her impressions and sensations into a beautiful work of short fiction with the title “la caccia” (“The Hunt”). By the way, our cat “Debou” is one of the starring protagonists! The full short novel and audiobook version are published on the inutile website  (<<click the link, Italian language only).

En 1767, les petits barons italiens avaient de la suite dans les idées…ou au moins le personnage d’Italo Calvino, Cosimo, 12 ans. Après une bêtise de laquelle il est injustement tenu responsable, le protagoniste haut – sans mauvais jeu de mots – en couleurs grimpe le vieux chêne de la propriété et fait le vœu de ne plus jamais en redescendre. C’est ainsi que, toute sa vie durant, il vivra ses joies et ses peines, ses amours et ses désillusions, ses interrogations et ses convictions, c’est ainsi qu’il percevra la politique et l’histoire perché sur les arbres.

Après Le vicomte pourfendu, premier tome de la trilogie iconique Nos ancêtres d’Italo Calvino, quel plaisir de rencontrer ce petit Cosimo et de renouer avec la plume faussement innocente et enfantine, toute faite de jeux littéraires de l’auteur ! D’autant plus, pour nous lecteurs de Mingzhu Nerval, quand l’histoire se passe dans un jardin ! En quelques 300 pages, Italo Calvino dresse dans ce conte philosophique tant un petit manuel de vie dans un arbre, que, en pointillé, une analyse des relations entre l’homme et la société.

Vous vous en doutez : un manuel pour vivre dans les arbres, ça nous intéresse ! C’est un peu notre rêve à tous, chez Mingzhu Nerval, de nous évader pour plusieurs jours – peut-être pas pour toujours, quand même…on ne pourrait plus voir nos beaux jardins chinois – dans la nature, en lien avec elle, sans qu’aucune contrainte pratique pour un retour vers elle ne se pose. Qu’il s’agisse des défis les plus dangereux comme survivre à l’attaque d’un chat sauvage, ou éteindre un incendie prêt à dévorer son arbre, ou des plus quotidiens, tels que rester propre et gentilhomme, s’instruire, faire ses besoins ou encore se substanter, Cosimo a réponse à tout.

Derrière ce mode d’emploi joliment écrit s’offre un minutieux examen des comportements humains. Lorsque Cosimo, enfant, grimpe à l’arbre, il s’envole en quelques sorte du nid, il prend son autonomie, son indépendance. Forte est alors la tentation de s’approprier un espace, un terrain, son arbre par exemple, et pourquoi pas tous les arbres de la propriété et puis ceux de la propriété de ses voisins… Ce serait pourtant sans compter l’altérité, l’histoire, les normes sociales qui nous lient même lorsque l’on cherche à s’en abstraire physiquement. De son arbre, Cosimo voit et apprend la révolution française, la venue de Napoléon Bonaparte en Italie. Il apprend ce que la communauté permet à l’homme et à l’humanité, il apprend l’obstination à faire rentrer ceux qui sociologiquement sont appelés « déviants » dans la norme. Il apprend que les sentiments envers autrui naissent aussi dans le cœur de ceux qui les évitent, en témoigne sa passion amoureuse pour la petite Symphorose. Et il découvre que la curiosité de l’autre, et des choses, de tout ce qui l’entoure, ne le quitte jamais, preuve indéfectible de son attachement à comprendre son monde et la manière dont la société l’a organisé.

De sa main de maître à l’originalité fantasque, Italo Calvino nous emmène une fois de plus dans une aventure improbable et drolatique toutefois moins innocente que son humour ne pourrait le laissait présager.

Texte par Agathe Moissenet

Today, Mingzhu and Francesca, respectively our co-founder and senior landscape manager, were interviewed by AD magazine on their futuristic views for Shanghai’s trending green lifestyle…

To be published in spring 2021!

Un livre magnifique, qui nous encourage, nous motive à créer de toujours plus beaux jardins, à l’image de ces livres, ces histoires écrites si parfaitement. Agathe vous en fait la présentation :

L’an 2000, bientôt suivi par le troisième millénaire, arrive. Demain. Et avec lui, la suite de la transformation du monde, de son entrée dans la modernité dont les prémisses l’ont déjà bien affecté. Ce sont ces prémisses – généralisation du téléphone dans les foyers, débats sur le nucléaire, société de consommation, agriculture industrialisée – qu’Alexandre, repreneur de la ferme corrézienne de ses parents, revit en ce réveillon, comme autant d’étapes qui ont marqué son histoire à lui, sa vie, son travail, ses combats et ses amours. Pour l’éleveur de vaches allaitantes de la fin du XXème siècle, les croyances et théories du complot du communiste éleveur de chèvres qui lui sert de voisin depuis sa tendre enfance s’érigent en véritables menaces. Car le XXIème siècle pose en se rapprochant des questions qui imposent un choix. Il faudra choisir entre manuel et numérique, entre tradition et innovation, entre nature et artifice, entre passé et futur. Mais l’histoire n’a-t-elle pas déjà fait ces choix pour lui ?

Nature humaine est autant le livre de l’histoire que des histoires individuelles des Français qui la vivent. En cette fin de XXème siècle constellée de changements, Serge Joncour décrit merveilleusement les allers-venus de chacun dans l’acceptation du passage du monde vers le numérique et la consommation à vau-l’eau. Si Alexandre regarde d’un œil observateur plus que contestataire les bouleversements que subit son époque, son voisin « rouge » n’en loupe pas une pour montrer son rejet du « nouveau », quel que soit sa forme, alors que les sœurs d’Alexandre, elles, n’ont d’yeux que pour la ville. Toulouse, Paris, le téléphone, la modernité. Le monde change, se transforme. Une transformation qui paraît d’autant plus forte que Serge Joncour la met en contraste avec certains traditions de la campagne française, avec des manières d’être caractéristiques de sociétés fermées sur le monde et traversées par le rassurant entre-soi : «  À la campagne, dès qu’on fait vingt kilomètres, il y en a toujours un pour vous demander d’où vous venez, à vingt kilomètres de chez soi on est déjà un étranger. » Pourtant, l’auteur ne se résout pas à la mélancolie et au drame pour conter ces changements. Au contraire, il ne manque pas l’humour en relatant la séance photo d’un grand publicitaire parisien venu dans la ferme familiale pour y shooter des tranches de jambon. Tout un programme…propice à une réflexion sur notre regard de consommateur : « Quand on fait une pub pour le jambon, il faut surtout pas montrer de cochons, sinon les consommateurs prendraient peur. Les consommateurs c’est pas avec du réel qu’on les fait rêver, le réel ils sont dedans tous les jours, le chômage, l’inflation, Tchernobyl, le sida, l’explosion de Challenger, le réel c’est tout ce qui nous pète à la gueule… »

Réalisme et humour, donc, mais idéalisme, aussi. C’est ce qui fait se démarquer à ce point ce roman où la quête d’identité nationale se mélange à l’individuelle. Il y a le capitalisme et la société de surconsommation, mais il y a aussi Mitterrand, les grandes idées de gauche, la lutte contre le nucléaire. Il y a le téléphone, les courses dans les supermarchés, l’avion une fois pour Alexandre, mais il y a aussi les champs de menthe sauvage, berceau de sa seule passion amoureuse, et la belle et pacifiste Constanze qui se donne autant qu’elle se refuse. Il y a tous ces paradoxes qui font la vie et l’histoire, que font la nature et les hommes. On suit les interrogations, l’écartèlement que ressent notre protagoniste entre d’une part la tradition, la connaissance, l’identité, et d’autre part les lois du marché, qui deviennent de plus en plus celles de la vie. La vie, celle des « c’étaient les montagnes de ventilateurs Calor à l’entrée du Mammouth, avec en prime le Tang et les glaces Kim Pouss, signe que ce monde était tout de même porteur d’espoir. »

Pourtant, dans ce monde où tout ne devient plus que pouvoir par l’argent et mondialisation, où finalement « Maintenant ceux qui rêvent, eh bien ils rêvent d’avoir une vie comme tout le monde… », nulle solution n’implique résignation. Résigné, c’est bien ce qu’Alexandre n’est pas, ce qu’il évite d’être à tout prix. Au fur et à mesure de sa vie, de la vie politique française, de la surnormalisation qui s’impose à sa manière de travailler, il fait l’apprentissage de mille moyens de lutte en même temps que celui de ses propres convictions, de sa nature à lui, de sa nature humaine.

Les mots de Serge Joncour nous ont transportés par leur sincérité, leur authenticité et leur clairvoyance. Dans la vie, dans l’amour, dans l’histoire la nature, il n’y a pas de blanc et noir, mais d’infinies nuances. Et chez Mingzhu Nerval, c’est en mariant les couleurs et les formes des plantes que nous l’exprimons nous aussi à notre manière. « L’histoire c’est comme la nature, il s’agit moins de tout comprendre que de savoir tirer des leçons. »

Texte par Agathe Moissenet

We have joined forces with Peet’s Coffee since 2017 and are overjoyed to create beautiful green murals for all of their 40+ China locations.

Green murals for coffee lovers by Mingzhu Nerval

While Peet’s is expanding nationwide, we’ll continue to create fresh plant installations for coffee lovers who seek distinctive experiences!
Our flourishing wall gardens at these urban coffee spots are a very unique sight, integrating fresh plant life into the metropolitan atmosphere. It really creates a sense of calm and freshness when entering from the buzzing street, allowing customers to enjoy a cup of coffee while surrounded by California-inspired garden walls. What a treat!

Green murals for coffee lovers by Mingzhu Nerval

Et si la métaphysique de Descartes et la théologie de Pascal pouvaient se comprendre et se contempler dans un jardin ? C’est à la lumière des thèses des deux philosophes du Grand Siècle qu’Allen S. Weiss propose en tout cas de revisiter trois jardins de la plus pure tradition française créés par Le Nôtre : Vaux-le-Vicomte, Versailles et Chantilly, de rencontrer leurs trois commanditaires – , Louis XIV et le Prince de Condé – et, sans doute plus que tout autre chose, de découvrir ce que ces jardins et personnages disent de leur époque, de leur philosophie et des nôtres. Une occasion pour évoquer celle avec laquelle nous créons nos jardins chez Mingzhu Nerval…

Les visiteurs des jardins de Le Nôtre s’y promènent aujourd’hui avec des yeux de notre époque : en admirant l’esthétique géométrique ou les jeux d’eaux et de couleurs des jardins. Pourtant, avance Weiss, ces jardins sont de vrais puits d’histoire et permettent de véritables sauts dans la pensée des contemporains de leur création !

Lieux où mouvement et statique se chamaillent et se jouent des visiteurs, les jardins de Le Nôtre sont l’expression du passage du baroque au classique dans la France du XVIIè siècle. Vous pensez vous promener dans une allée continue jusqu’au vertugadin à Vaux-le-Vicomte ? La fantaisie et le goût pour l’illusion du baroque auront tôt fait de vous rattraper ! Arrivé au bout de la promenade centrale, quelle ne sera pas votre surprise de voir un large canal enterré vous séparer de ce qui semblait être dans le prolongement de l’allée ! Jeux d’illusion…et de formules mathématiques : Le Nôtre s’est inspiré pour ses créations végétales des découvertes de son temps. Perspective et anamorphose, rationalisation – pièces maîtresses de la délicieuse tromperie du promeneur de ses jardins – sont en effet le fruit des études de l’époque de Le Nôtre (scientifiques avec la Dioptrique de Descartes autant que picturales, avec Les Ambassadeurs de Hans Holbein), presque visuellement mises en pratique par le jardinier officiel de Louis XIV.

Les jardins de Le Nôtre sont aussi témoins de la relation de l’homme et de la nature à l’époque où tout semble possible, où l’excellence et le superbe ne sont matières que de travail ! L’homme peut se faire « maître et possesseur de la nature »…alors, pourquoi ne pas aussi l’utiliser à des fins esthétiques, ou même spectaculaires ? Le jardin de Vaux-le-Vicomte, qui vaudra à Fouquet son emprisonnement au titre de crime de lèse-splendeur en est sûrement l’exemple le plus probant. Des jardins, les hommes s’emparent pour montrer leur richesse, leur élégance, leur pouvoir : pour Versailles, Louis XIV commande un ensemble majestueux et infini, à l’image de sa propre personne presque divine. « Malgré, ou peut-être grâce à l’hybris manifestée à Versailles, le château et ses jardins fonctionnent en fin de compte comme l’une des plus spectaculaires représentations » où le Roi-Soleil, magnifié par toutes les allusions solaires que l’on peut trouver dans le jardin, encore ses courtisans à une visite aux étapes définies par ses soins dans son manuel Manière de montrer les jardins de Versailles.

Le Nôtre, dans chacun de ses jardins, fait ainsi miroiter les avancées scientifiques de son époque, les schémas de pensée de ses contemporains, et la manière dont les individus se placent dans leur environnement.

« Toute œuvre d’art sous-tend une métaphysique » écrit Weiss. Sans parler de métaphysique, les , d’œuvres, de jardins, sous-tendent en tout cas une véritable philosophie.

Chez Mingzhu Nerval, nous concevons chacun de nos jardins comme une manière de célébrer la nature, et sa beauté. Nous partageons la passion de l’excellence du Grand Siècle, et la destinons bien plus à contribuer à la sublimation de la nature, qu’à s’en rendre omnipotent possesseur, dérive malheureusement fréquente aujourd’hui. Nous voulons montrer à tous les visiteurs de nos jardins les sources d’inspiration sans limites que peuvent être les plantes. Regardez leurs couleurs, leurs formes, leur vie, leurs humeurs, tout ce monde qui cohabite avec celui que les hommes se sont créés.

En chaque lieu, nous respectons les cultures, nous écoutons les genius loci et leur donnons voix en mettant en valeur l’endroit et son unicité.

Chez Mingzhu Nerval, nous sommes aussi attachés à redonner sa place fondatrice à la nature, et l’aider à se développer dans les villes, dans les metros, dans les appartements, dans tous ces lieux que l’homme a pensés sans – voire parfois contre – elle. Cette aspiration, partagée par tous les artistes, architectes et salariés de Mingzhu Nerval est artistique bien sûr, mais elle découle aussi de la nécessité contemporaine de protéger la nature en danger, de remettre le vert dans nos vies, en respectant la sienne, de vie. Que cela soit dans l’étude réalisée avec Gensler ou chez les particuliers, les propriétés bienfaisantes des végétaux sont constatées. Les plantes sont l’un des premiers éléments constitutifs du bien-être. Elles favorisent la concentration, la productivité, la création. En un mot : elles sont indispensables à notre épanouissement, à titre individuel comme à titre collectif. Pour que le développement de nos sociétés soit durable, nous ne pouvons nous passer de la nature.

« Créer un jardin est peindre un paysage », écrit le poète Alexander Pope. Or, comme ce livre nous le rappelle si justement, chaque peinture, chaque jardin est celui d’une époque, d’une pensée, d’une philosophie. Et nous sommes heureux de cette occasion d’avoir pu vous partager à nouveau la nôtre.

Texte par Agathe Moissenet

C’est l’une des lectures qui nous a donné envie de commencer à partager avec vous, clients, fournisseurs, followers et curieux, les découvertes littéraires qui nous inspirent dans notre métier. L’intelligence des plantes, du botaniste père de la « neurobiologie végétale » Stefano Mancuso est un bon ouvrage pour se rendre compte de manière simple et abordable des infinies forces et richesses des plantes, premiers êtres vivants de la planète.

Provocateur dès son titre, Stefano Mancuso n’en finit pas de titiller les préconçus et idées toutes faites de ses lecteurs sur les végétaux. Idées logiques lorsqu’on prend conscience de notre vision infiniment anthropocène du monde. Il a fallu bien du temps et des démonstrations avant que l’on accepte les faits révélés par la théorie copernicienne, comme Mancuso le rappelle… Et si la hiérarchie que l’on dresse inconsciemment entre les espèces vivantes, les plantes en bas et les hommes tout en haut, était à revisiter ? Alors qu’on voit quasi-systématiquement les plantes comme des natures presque déjà mortes, ou pas tout à fait vivantes, le seul trait qui les différencie significativement des animaux (déjà plus haut dans notre hiérarchie des vivants) est en fait, d’après Mancuso, leur sédentarité. Immobiles, ou considérées comme telles, les plantes auraient alors moins de force, moins de possibilités, moins de pouvoir… Pourtant, Darwin – scientifiquement et publiquement reconnu pour avoir mis en formé la théorie de l’évolution – passa une longue partie de sa vie, au XIXème siècle, à travailler et écrire sur les plantes, dont il était conscient qu’elles étaient « d’une sophistication et d’une complexité extrêmes, douées de capacités bien supérieures à celles que l’on a coutume de leur attribuer. »

Stefano Mancuso s’inscrit dans sa suite en se faisait fort de rappeler les multiples facultés et attributs des plantes. Pourquoi les inférioriser lorsqu’elles sont munies, en plus des mêmes cinq sens que les humains, de quinze autres sens tel que celui de savoir le taux d’humidité de leur milieu ? Davantage que simplement sensibles, les plantes sont dotées d’une véritable intelligence, cette« capacité à résoudre des problèmes », propriété de vie «  que se doit de posséder même le plus humble des organismes unicellulaires ». Une intelligence si perfectionnée que sa structure modulaire a servi de modèle à « l’intelligence » d’Arpanet (première version d’Internet), et par extension…à l’intelligence artificielle qui envahit désormais notre quotidien.

Le fondement et la pertinence de la thèse qu’avance le biologiste apparaît d’autant plus que les exemples qu’il convoque sont parlants et visibles au quotidien. Ainsi, pour démontrer la possession du sens du toucher des plantes, il prend un exemple – celui de la mimosa pudica – que l’on a tous déjà pu observer. Il raconte : pour réaliser une expérience, le botaniste Lamarck avait fait transporter des plants de sensitive en carrosse à Paris. Les pavés des rues faisaient nécessairement cahoter quelque peu les plantes dont les feuilles, au début du voyage, fermèrent pour se protéger d’un danger potentiel. Elles avaient senti, en se bousculant les unes aux autres, une menace. Leur sens du toucher avait engendré une réaction physique de leur part, avant qu’elles ne se rouvrissent, habituées par le ballotement. Elles avaient finalement compris que le stimulus tactile éprouvé n’avait pas de caractère pas dangereux. Dans un entretien donné au journal Le Temps, Stefano Mancuso dit avoir reproduit l’expérience en laboratoire en faisant chuter les fleurs au lieu qu’elles ne s’entrechoquent. Au bout de plusieurs chutes, comprenant que celles-ci n’était pas dangereuses, les feuilles arrêtaient de se refermer lorsqu’on les lâchait. Après deux mois de tranquillité, on les a soumises au test à nouveau. Elles n’avaient pas oublié : elles ne se sont pas refermées.

Chez Mingzhu Nerval, les travaux et écrits de Stefano Mancuso nous ont passionnés, puisqu’ils font résonner notre vision et notre conception des plantes et du végétal.

Nous sommes comme lui persuadés de l’existence d’un « aveuglement face au monde végétal, qui porte même un nom générique en anglais, celui de « plant blindness ». Avec l’urbanisation massive de la société, les plantes et le végétal ont progressivement disparu de notre quotidien. Les tendances de retour au vert sont récentes et encore marquées sociologiquement. Et l’invisibilisation des plantes est d’autant plus regrettable que toutes les villes pourraient être de magnifiques terrains de jeu du végétal. D’ailleurs, il ne se fait pas prier, en repoussant par petites touffes pleines de malice entre deux plaques de béton.

Nous partageons aussi, chez Mingzhu Nerval, la conviction selon laquelle les plantes sont dotées de pouvoirs incomparables en nombre et en puissance. C’est ce que nous voulons mettre en avant dans notre travail auprès des entreprises, des particuliers et des institutions. Des clients de plus en plus nombreux sont intéressés par nos études avec Gensler sur le pouvoir purificateur d’air et dépolluant des plantes. Nous mettons les bienfaits que peuvent apporter les plantes sur la vie humaine et l’environnement au cœur de notre travail, puisqu’ils constituent pour nous l’originalité et la préciosité des plantes d’une part, et d’autres part des ressources incroyables. Stefano Mancuso mentionne également dans son livre les pouvoirs thérapeutiques des plantes, que nous découvrons notamment dans la culture chinoise qui nous influence au quotidien. Les exemples d’étages d’hôpitaux entièrement destinés à l’exposition de plantes à des fins curatives qui ont montré leurs effets, nous inspirent et nous donnent envie d’explorer de nouveaux horizons.

C’est pour toutes ces raisons que nous travaillons chaque jour à des réalisations toujours plus belles, toujours plus originales, toujours plus imaginatives : pour remettre les plantes et le végétal au centre des vies de chacun. Chez Mingzhu Nerval, nous voulons redonner aux plantes leurs lettres de noblesse et leur juste place dans notre environnement. Alors, nous fleurissons, végétalisons, créons avec le végétal car il n’y a pas, selon nous, de meilleure manière de les rendre consciemment indispensables qu’en les faisant apparaître telles des œuvres d’art.

En sensibilisant tout le monde à l’infinie sophistication de nos amies vertes, nous avons la possibilité, ensemble, de ne pas nuire à la préservation des espèces, et plus largement, à la préservation de notre écosystème…intelligent.

Texte par Agathe Moissenet

Museums are reopening with strict sanitary measures… and we’re enjoying it! Today Francesca and Antoine spent a lazy day at the Louvre 🙂

Beauty and plants

2020-01-18
Mingzhu Nerval, creating the most beautiful vertical gardens in the world!
Our co-founder Mingzhu Bai holding the Begonia natunaensis, that was grown to perfection at our greenhouse 
Our greenhouse… One thousand and one plants… Camille…

The full conversation is available here.

ASLA on living murals and vertical gardens

Philodendron, Burle Marx, Camille, Mingzhu Nerval

Camille at our greenhouse with a Philodendron ‘Burle Marx’–named after Roberto Burle Marx, a Landscape Architect we admire, and lover of Philodendron species, as we are!

Camille holding two plant superstars of our greenhouse nursery

Which one do you prefer—the Begonia natunaensis on the left, or the variegata on the right? We are dazzled by the beauty of the two… And of course by the beauty of our colleague Camille as well!

Join our team!

2019-11-13

Mingzhu Nerval recruitment announcement for landscape architects

 

C’est une chose étrange à la fin que le monde
Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit
Ces moments de bonheur, ces midis d’incendie
La nuit immense et noire aux déchirures blondes.

Rien n’est si précieux peut-être qu’on le croit
D’autres viennent ; ils ont le coeur que j’ai moi-même
Ils savent toucher l’herbe et dire je vous aime
Et rêver dans le soir où s’éteignent des voix.

D’autres qui referont comme moi le voyage
D’autres qui souriront d’un enfant rencontré
Qui se retourneront sur leur nom prononcé
D’autres qui lèveront les yeux vers les nuages.

Il y aura toujours un couple triomphant
Pour qui ce matin-là sera l’aube première
Il y aura toujours l’eau, le feu, la lumière
Rien ne passe après tout si ce n’est le passant….

 

Louis Aragon

After a week in London, we’re enjoying the city’s parks.. They look like large pieces of wilderness, with grass let growing freely, and this is so beautiful! Thank you Dewi, Govinda, and Kristy for sharing with us these moments.

Let grass grow!! @Hyde Park
The majestic natural settings of Her Majesty’s Castle! @St James’s Park
Lime tree flower @Hyde Park

And here an alley of blooming lime trees (Tilia cordata) – imagine the scents!….

Perfumes of the end of spring, beginning of summer @Hyde Park

Spring in Hong Kong

2019-05-16

Bougainvillea and the beautiful Bank of China tower by I.M. Pei.

At Bloom

2019-04-14

… and then by a cute little dog!

Paphiopedilum orchid
Dendrobium orchid

Hiking in New Zealand, admiring and collecting ferns

Hills of tree ferns @Abel Tasman National Park, New Zealand 
Leptopteris superba
Heart-shaped fiddleheads
Looks like in fairytales
For a long time Antoine has been dreaming to see a C. medullaris in its native world
Jurassic landscapes… 
Antoine’s parents joined the expedition!
How beautiful are the black fronds of the Black Fern
Diving into beauty

A nursery fully dedicated to NZ native ferns!!

It is the first time that we see this specie of fern. It has spongy fronds look like large, long feathers of intense green. Apparently it’s called Leptopteris superba… and it is indeed superbly beautiful!  @Kahurangi National Park, New Zealand

The superb Leptopteris superba
@Kahurangi National Park, New Zealand
Cute baby pigs with Antoine in Yunnan. These babies may not be here next year… May this new year bring hope for the world to become more vegetarian

The older garden grow, the most beautiful they become.

Our maintenance officer Wu Hongli at the top of the vertical garden, where some plants have grown to 4-5 meters tall trees! 

Opening of Bloom!

2018-12-22

We just completed a beautiful garden for a restaurant called Bloom in Shanghai, with architect Tom Yu. Enjoy!

More about this garden here.

Entrance on Ayi/Tongren road in the Jingan District of Shanghai, across the street from the Jingan Shangrila hotel
Camellias starting blooming few days after installation!

For the offices of Khazanah Nasional, the sovereign wealth fund of the Government of Malaysia, we created our designs using beautiful species native of Malaysia, like this Alocasia.

Mingzhu Nerval vertical living wall experts created a healthy nature workspace at Khazanah Nasional in Shanghai, 2018
The velvet touch of this plant’s leaves is very enjoyable
Mountains, orchids, and greenhouses, what a nice place to be!

Flying trees

2018-10-23
Preparation of a pomegranate tree for an upcoming restaurant project in Shanghai
We’re in fall and this rather old tree is full of intense red, round fruits!

« Je n’hésiterai pas, même en pleine déroute, à rendre hommage tout d’abord à ce qui demeure céleste ou impossible, (…) en supposant, comme je l’ai déjà fait, qu’il y a autour de nous des éléments féeriques parfaitement sensibles que l’on peut décrire et célébrer.

(…) (Il s’agit) seulement de repérer alentour certaines traces du rêve qui est ailleurs en pleine vérité, afin de préparer nos regards à l’accueillir un jour. »

 

Magnifique!

 

Par André Dhôtel, auteur de Le Pays où l’on n’arrive jamais, l’un des livres préférés d’Antoine.

Mingzhu Nerval vertical living wall experts created the best garden design art at Peet's Coffee in Shanghai, 2018
Effy with her coffee!

Another successful collaboration between Kokaistudios and Mingzhu Nerval in Peet’s Coffee’ second Shanghai store

A bed of moss

2018-05-08

Mingzhu Nerval vertical living wall experts, nature inspire the art of the garden

He made a bed of moss for the boy, upon which he fell asleep. The next morning the man took him to a spring and said, “Look, this golden spring is as bright and clear as crystal. You shall sit beside it, and take care that nothing falls into it, otherwise it will be polluted. I shall come every evening to see if you have obeyed my order.”

(…)

Once in summer when he was working alone in the garden, the day was so hot that he took his hat off so that the air would cool him. As the sun shone on his golden hair it glistened and sparkled. The rays fell into the princess’s bedroom, and she jumped up to see what it was.

The Princess saw the boy and called out to him, “Boy, bring me a bouquet of flowers.”

He quickly put on his cap, picked some wildflowers, and tied them together.

As he was climbing the steps with them, the gardener met him and said, “How can you take the princess a bouquet of such common flowers? Quick! Go and get some other ones, and choose only the most beautiful and the rarest ones.”

“Oh, no,” replied the boy, the wild ones have a stronger scent, and she will like them better.”

–Iron Hans, Brothers Grimm

Effy receiving the award

Mingzhu Nerval vertical living wall experts created the best garden design art at the SCC Tower in Shenzhen, 2016

We completed this liana vertical garden installation in 2016 with SWA and Adrian Smith + Gordon Gill for the headquarters of Centralcon (中洲控股) in Shenzhen. More information here.

We are looking for highly motivated, creative, and capable individuals who will help us conceive the gardens of the future. Landscape Architects of all levels (graduate, intermediate and senior) all welcome.

We work in a multicultural, artistic and successful business environment. Our company has been existing for eight years with excellent track-record, prestigious clients and increasing global attention. We offer competitive remuneration/benefits and insurance package.

Skills/requirements

  • University degree in Landscape Architecture
  • Solid ability in hand sketching & standard rendering software (CAD, SketchUp, Photoshop, Adobe CS…)
  • Fluency in English and an international mindset; Chinese language ability preferred

Plus

  • Knowledge of additional rendering software (Rhino, Vectorworks, Maya, E-on softwares…)
  • International working experience

Responsibilities

  • Create designs for our upcoming living wall and artful garden projects
  • Propose new ideas to for our design concepts
  • Work closely with the Client Relationship team to ensure our clients are given an efficient and high level of service
  • Manage multiple projects simultaneously
Mingzhu Nerval vertical gardens, assorted; MGM Cotai interior
Mingzhu Nerval vertical gardens, assorted; MGM Cotai interior
MGM Cotai exterior
Phragmipedium kovachii

Mingzhu Nerval vertical living wall experts created the best garden design art at the Nature’s Art MGM Cotai in Macao, 2018

Note: Unfortunately, we are not responsible for the maintenance of this project, therefore cannot guarantee the current status of plants’ health and general design visual effect.

Effy Huai, Dagmar Solange Sylow, and cute dogs in front of Mingzhu Nerval exterior vertical garden at The Mixed Place in Shanghai’s former French Concession.
A newborn from spores our colleague Yolanda brought back from the Redwood forest California a year ago!
Many more babies on the way!
Spores germinating to prothallia… Will grow to healthy, mature ferns like their parents within 2-3years

Mingzhu Nerval vertical living wall experts created a vertical living green wall for Peet's Coffee in Shanghai, 2017
‘California Garden’ in Peet’s Coffee Shanghai Flagship

‘Standing here among the swordferns my senses seem to be thin glass, so acute at their edges I am afraid I will cut myself simply by touching the silicon edge of a bamboo leaf. The flicker’s blade of beak as it slices into the apple makes me wince. My hands are pale animals. The smallest sounds, a junco flitting between verbena leaves, a drop of water falling on the cedar deck, make me cringe. I can smell the bitter iron in the mosses on the apple tree’s branches. My flesh at times is in agony, and I feel as if I have come out from some shadowed place into light for the first time. I feel, for the first time in years, alive’

En français:

« Debout au milieu des fougères épées, mes sens sont comme des feuilles de verre, si tranchantes que je crains de me couper en touchant les bords siliceux d’une feuille de bamboo. La lame vacillante du bec mordant la pomme me crispe. Mes mains sont des animaux blêmes. Les moindres bruits, un junco voletant entre les feuilles de viorne, une goutte d’eau tombant sur le plancher en cèdre, me font frémir. Je sens l’odeur du métal amer dans les mousses qui recouvrent les branches du pommier. Ma chair est parfois à l’agonie, et il me semble, sortant d’un endroit obscur, venir à la lumière pour la première fois. Je me sens, pour la première fois depuis des années, en vie ».

It makes us feel alive to read something beautiful like this! Thank you! More about Patrick Lane’s works here. We discovered this author thanks to Professor Robert Harrison and his book Gardens: an essay on the human condition, which we also recommend.

 

rare Philodendron patriciae, Philodendron verrucosum, gloriosum, Philodendron subhastatum at Mingzhu Nerval high-tech greenhouse in Shanghai China
Some Philodendrons we brought back from South America last year – they were small cuttings holding in our suitcases, now they are growing bigger and bigger!
A little bird is nesting high up in the lianas. This is making us so happy!!
Gardens should be biodiversity havens

Poem for this little bird, as well as to all the birds that we hope will enjoy our gardens:

 

À l’hirondelle

Toi qui peux monter solitaire

Au ciel, sans gravir les sommets,

Et dans les vallons de la terre

Descendre sans tomber jamais ;

Toi qui, sans te pencher au fleuve

Où nous ne puisons qu’à genoux,

Peux aller boire, avant qu’il ne pleuve,

Au nuage trop haut pour nous ;

Toi qui pars au déclin des roses

Et reviens au nid printanier,

Fidèle aux deux meilleures choses,

L’indépendance et le foyer ;

Comme toi, mon âme s’élève

Et tout à coup rase le sol,

Et suit avec l’aile du rêve

Les beaux méandres de ton vol.

S’il lui faut aussi des voyages,

Il lui faut son nid chaque jour ;

Elle a tes deux besoins sauvages :

Libre vie, immuable amour.

 

–Sully Prudhomme

Chinese porcelain

2017-03-10
Details are perfect!
Tall banana tress creating a “green arch” entrance

The porcelain pots that we ordered for MGM Cotai in Macao are under construction. Tall banana trees will be planted inside, creating a beautiful green arch at the entrance lobby.

The two pots are being made in JingDeZheng (景德政), where Chinese porcelain is from, and it will take 9 months to manufacture .

Mother and baby

2017-03-06

Under the protective shadow of its mother’s fronts, a cute baby Cyathea australis is born…

We had brought its mother from Australia while designing Lend Lease’s China headquarters project in 2012… It was a baby too then… It is now a tall, young tree fern, and has had several children at our greenhouse!

Our playground

2016-12-08

Imagine how plants will be happy in such a big space, with that much natural light! @MGM Cotai, Macao

Mingzhu walking toward the wild Cyrtochilum macranthum

Hiking in Ecuador, suddenly above us a big Cyrtochilum macranthum (or Oncidium macranthum) in full bloom!….. Long (3m), slender, golden  inflorescences with countless flowers! This is one of our favorite orchid, and we feel so lucky to see it in it natural home.

…… Petals on a wet, black bough..

To see the Cyrtochilum macranthum orchid growing on our vertical gardens, please check MGM Cotai and Bloom projects.

Delicious Monsteras

2015-11-09

Clariant’s vertical garden is 5 years old now, the plants have grown mature and the Monstera deliciosa are giving numerous fruits… They taste like a mix of pineapple, banana and coconut… indeed delicious, just like its latin name says it!

Antoine with Azlan Nazam, founder of Studio Illumine lighting design studio in Shanghai
With Yolanda vom Hagen, the photographer we collaborate with

It makes exactly one year that we installed this Vertical Garden. Plants have grown, the design we had imagined is being revealed. We knew that we had sketched something great for NuSkin project, but in real it is even more beautiful, and this is such a great surprise!

It looks like a painting, or a piece of virgin nature that was there before the building was built all around…

As this vertical garden runs along a staircase, and to celebrate its beauty, hopefully we can dedicate it this poem (‘Mother to Son’ by Langston Hughes):

Well, son, I’ll tell you:
Life for me ain’t been no crystal stair.
It’s had tacks in it,
And splinters,
And boards torn up,
And places with no carpet on the floor—
Bare.
But all the time
I’se been a-climbin’ on,
And reachin’ landin’s,
And turnin’ corners,
And sometimes goin’ in the dark
Where there ain’t been no light.
So boy, don’t you turn back.
Don’t you set down on the steps
’Cause you finds it’s kinder hard.
Don’t you fall now—
For I’se still goin’, honey,
I’se still climbin’,
And life for me ain’t been no crystal stair.

Art of the Garden by Mingzhu Nerval – ICBC
This is at the offices of a bank!
Art of the Garden by Mingzhu Nerval – ICBC
This project was conceived with ICBC’s visionary HR manager in 2011

This project was conceived with ICBC’s visionary HR manager in 2012. More photos here.

We found the Begonia ferox!!!

棄我去者
昨日之日不可留
亂我心者
今日之日多煩憂
長風萬里送秋雁
對此可以酣高樓

蓬萊文章建安骨
中間小謝又清發
俱懷逸興壯思飛
欲上青天覽明月

抽刀斷水水更流
舉杯銷愁愁更愁
人生在世不稱意
明朝散髮弄扁舟

 

Traduction française (par Francois Cheng):

棄我去者昨日之日不可留   Ce qui me rejette / jour d’hier ne pas pouvoir retenir
亂我心者今日之日多煩憂   Ce qui me trouble / jour d’hui nombreux tourments
長風萬里送秋雁   Long vent dix mille stades / escorter automne oies
對此可以酣高樓   Face à ceci être capable / s’enivrer haut pavillon

蓬萊文章建安骨   Peng-lai textes composes / Jian-an os
中間小謝又清發   Au milieu Petit Xie / de plus pureté éclore
俱懷逸興壯思飛   Tous porter superbe esprit / forte pensée s’envoler
欲上青天覽明月   Vouloir gravir bleu ciel / remuer claire lune

抽刀斷水水更流   Tirer épée rompre eau / eau plus encore couler
舉杯銷愁愁更愁   Lever coupe arroser chagrin / chagrin plus encore chagrin
人生在世不稱意   Vie humaine au monde / pas toujours satisfaite
明朝散髮弄扁舟   Demain cheveux au vent / manier petite barque

 

Le jour d’hier m’abandonne, jour que je ne puis retenir
Le jour d’hui me tourmente, jour trop charge d’angoisses
Sur dix mille li, le vent escorte les oies sauvages
Face à l’ouvert, enivrons-nous dans le haut pavillon!

Comment oublier les nobles esprits, les génies de Jin-an
Et le poète Xie Tao dont le pur chante hante ce lieu?
Hommes libres, superbes, aux rêves sans limites:
Monter jusqu’au firmament, caresser soleil et lune!

Tirer l’épée, couper l’eau du fleuve: elle coule de plus belle
Remplir la coupe, y noyer les chagrins: ils remontent, plus vifs
Pas toujours sont nos désirs satisfaits en ce bas monde
A l’aube, cheveux au vent, en barque, nous voguerons!